La pute, la capote et ma boite aux lettres

Publié le par blabladenana


J'ai un souci de plus et de pute.
Oui de pute t'as bien entendu.
J'ai une pute dans le collimateur qui est coincée dans mon colimaçon d'escalier.
J'habite un cours, je suis une fille au long cour qui habite un cours et qui pourrait passer son temps a courir mais qui ne le fait pas car je suis la plus grosse feignasse que la terre n'aie jamais portée.

T'ai-je narré mon début d'aventure putanesque ?
Non ? M'étonnerais... enfin bon voila si tu suis pas sur plourk ou tweet tu peux pas savoir !

Voila l'histoire.


L'un de nos premiers retour de week-end en Vaisonnie, recuperage de courriers.
Je m'arrête devant ma boite, l'ouvre et stupeur et putréfaction, foutre divin même, une capote USAGEE coulante, limite tiédasse abandonnée sur MON courrier.

POUARK double POUARK.



Pinaise, pour une fois que je recevais quelque chose en plus en mon nom, écriture manuscrite...
Écoeurée, toute retournée, me retrouvant comme une andouille avec ma lettre toute spermée.

Troublée donc, enveloppant la mierdasse flagadasse dans un kleenex, je récupérais avec des hauts le coeur ma missive humide et toute tachée.

Pourquoi ma boite aux lettres ?
Étions nous visés ? Une mauvaise blague de nos voisins ?
Mode parano ON.

Notre entrée est ouverte en semaine, bureaux et cabinets médicaux obligent, no digicodes, no interphones.
Mais des le vendredi soir jusqu'au tot lundi matin, la porte demeure close... ou pas.
Le ou pas est le hic de mon histoire de pute.
Car la gourgandine voulant certainement préserver son chez-elle, vient faire pipes et branlettes sur l'un des quatre étages de cet immeuble.
Cette fleur fanee des macadams guette donc une sortie d'immeuble, toujours a l'affût d'une porte a la fermeture paresseuse ou simplement capricieuse, la bloque et s'en va chercher l'amant.

Le terrain de chasse de la moukère est limité, son périmètre ne s'étend qu'aux trois ou quatre rues parallèles et perpendiculaires a mon palais vénitien.
Elle michetonne quand même principalement a la sortie de la station du métro d'en bas de chez moi, a trois cent pas.
La souris aurait pu turlutter dans un parking mais a décidé de sévir précisément dans mon escalier a tous les pas de portes et sème a tout vent ses préservatifs usagés.
Boite aux lettres, escaliers, entrée, même pas dans un coin. Non, bien trop discret !

Et hop coulures spermiques en plein milieu du chemin, humides traînées d'escargot qui se meurent a quelques centimètres du préservatif oublié.

C'est la généralement que je m'énerve.
Quand je tombe dessus comme cet après-midi, preuve insolente que la pouffe a encore travaillé chez nous, paf une capote toute raplapla dans l'entrée.

La semaine ça va, la ribaude est calme, je serais même tentée de dire qu'elle n'officie que le week-end et que dans mon cours a ma porte, mais non, elle est juste plus discrète et certainement dérangée par les passages incessants des gens de la vie.
Pourtant concernant les allées et venues elle doit s'y connaître !

Bref, ça me gêne.
Je suis donc a ses trousses. Je la guette, je la rate de peu, mais je dois la coincer et lui demander gentiment d'aller batifoler ailleurs.

Une pute coincée dans le collimateur vous aussi ?! Des choses a me raconter sur votre entrée ?
Put-etre meme des solutions a me proposer,  un "comment la coincer ?".
Un piège a pute ? Une tapette a souris des nuits ? Appâter la traînée...

Et une suite éventuellement si je me la tape !



Publié dans blabla de filles

Commenter cet article

Marc 18/11/2008 19:14

Ben quoi ? C'est pas ça, le commerce équitable ? Directement du producteur au consommateur ! Encouragez les petits commerçants, qu'y disaient !

Sblab' 18/11/2008 08:23

Rose... merci et bienvenue Rose !Phil... mais non c'est pas degueu, Phil ton corps n'est pas sale :-)En effet je suis rassuree, ma nouvelle amie de la rue est safe et je l'en felicite, loin de moi l'idee de lui faire abandonner ses pratiques, juste etre moins bordelique. Bon note aussi que j'ai 4 petites pieuvres et que j'aimerais qu'elles decouvrent "la vie" autrement qu'en tombant sur la dite-amie dans un coin sombre de notre immeuble.Clair que c'est pas dans un quartier de DH que  l'on verrait ca !Gabriel... cher Gabriel... welcome aboard !Quelle idee et comment n'y ai-je pas pense plus tot.Hop ce w-e je l'invite pour une tasse de tea en famille :-)Apres je refile Babe aux voisins.

Rose 17/11/2008 21:33

Joli style pour fable trash !!!

Phil 17/11/2008 17:01

Ce récit appelle 3 commentaires :1. mort de rire. Dégueu mais marrant.2. la pute est une professionnelles sensibilisée aux MST : elle utilise des capotes. Si tu l'attrapes, ne va quand même pas lui suggérer d'abandonner les capotes. Sois responsable !3. C'est pas dans une banlieue américaine cossue qu'on verrait ça ma petite dame. Vive la France !

gabriel 17/11/2008 15:49

A mon avis, elle aime bien les ouvertures,  enfin les portes entre-ouvertes. Poursuivez l'expérience, laissez la porte de chez vous ouverte, fermez celle de votre chambre sinon vous la retrouverez sur votre lit. Une fois chez vous, proposez lui un café ou tout autre liquide et ayez une bonne discussion franche, bon sang, non mais!!! Si ça ne marche pas, filez lui le code de l'immeuble voisin! Entre voisins, on se fait bien des petits coups de pute, non?