TWEEETTTTTTTTT-TWITTER

Publié le par Sblabla- follow me on Twitter !

Pffff, je fais mes comptes...

Un compte Tumblr, deux comptes Hautetfort, un compte  WordPress, deux FB, non un ! Un compte Godwalla, un deux trois Plurk et puis s'en va, quatre comptes Twitter... quoi encore ? Un Seesmic, un JoinMe que je te fuis, ping-me, blip-me, et autant d'appli iPhone qui vont avec.
Je vais et je viens...

Du cul ou de la tendresse bordel en photo, de la boof, un peu de culture par-çi par-là, une pincée de lov', une louche de grincements de dents...
J'y pense et puis j'oublie...

Des lettres d'amour, des bouteilles à la mer, des recommandés, des sésame-sésame ouvre-moi, des boudoirs, des couloirs, des hall de gare...
Autant de fenêtres ouvertes sur mon intérieur...

Je vais et je viens, j'y pense et puis j'oublie, et puis finalement je ne fais plus rien.
Début de la fin d'mes blogs ?
Pause longue durée ?

Tu veux que je te dise, à force d'être partout, je ne suis nulle part.
Le passage à travers l'écran aurait-il eut raison de mon virtuel ? Ouais.

g.jpg
Twitter m'a tueR l'écriture.
Bon, mais pas que.
La mauvaise connection de cette putasserie de LBox dans le boudoir aussi.
Ok, l'omniprésence de H et les pieuvres - sans jouer la Cosette de la mère dans son foyer - aussi.
Félicie ? AU-SSI !
Bon, mais pas que.
Mais c'est pas bien grave !

Je street-art en post-it-twitt, bouge pas que j'te live-twitt ma life... 140 caractères, une URL à faire passer, une photo clin d'oeil, une réponse, un rien, un silence.
Je twitt comme je vis, par à-coups. Je fais des pauses. Je lis beaucoup, tout le temps ? Oui. Qui ? Plein de monde !
Un compte par blog, pas forcement la même clientèle. Ainsi je me transforme en Beebiche, en Econome ou en Rascasse selon mes besoins de l'instant, cherche et tu trouveras bien l'url de l'un ces blogs !
Les deux autres sont bien trop trash-cul-intimes pour toi mon coeur de lecteur...

Le microblogging du matin, du déjeuner, de la pause homeworks, du début de soirée, de milieu de soirée, les livetwitt entre potes pendant les débilités diffusées on TV.
Les twittapéro régionaux, les meetup parisiens, les dej' ou dînettes organisés en petit ou grand comité, peu importe les raisons pourvu qu'il y ait du twitt !
La photo des participants, les remerciements en retweet, c'est souvent court, ou ça poursuit ailleurs en micro-comité.
C'est pas compliqué, une date, un lieu, une heure lancés sur la timeline, vient qui veut, par cette simple envie de se voir ou de se revoir.
On s'organise, on rapplique, on ne se connaît pas, jamais vus, juste quelques twitts, un avatar aperçu, hop, pas de courbettes ni trop de chabada, que l'on partage le goût des geekeries, celui des séries ricaines, que l'on soit entreprenaute, blogueur ou simple twitter, c'est IRL.
Tu viens si tu veux, tu te barres quand tu veux.

Envie d'échanger autour d'un verre, au soleil dans un resto-plage... oui la Twittlife est bien difficile dans notre beau sud.

N'empêche qu'elle me ralenti le clavier côté billet !
Plus facile de poster une humeur en 140 caractères, inter-action-réaction. C'est immédiat.

Je reste aux yeux de mes proches, je ne parle plus de ma famille, car par la force des choses, le twitting à table est toléré, parfois même "on" me suggère de twitter ceci ou cela ou de prendre la température sur telle ou telle sortie webbique.
Par contre, mes IRL d'amis-de-la-vraie-vie continuent à soupirer devant mon addiction.
Incompréhension souvent, agacement certainement - oui c'est chiant le greffon iPhone de leur copine pendant les diners ou en fin de soirée. Tu sais, juste le coup d'oeil pour voir si il ne s'est rien passé pendant mon absence de deux heures, voir si tout va bien.
Mais peu de curiosité, c'est étonnant, décevant parfois. Mieux, je crois.
Je fais peur avec mes potes d'internet, c'est weirdo que j'me bloque trois jours pour l'arrivée sur Mars de mon-amie-de-Paris-tu-sais-que-j'ai-rencontrée-sur-le-net, ça intrigue... bizarre que je refuse un déjeuner de filles ou que je plante mari et pieuvres pour une salade-clop avec "des gens"...  bah ouais, deux ou trois vies pas vraiment dissimulées et des centres d'intérêt multiples à partager avec d'autres qu'eux.

Par contre je ne mélange que très peu. C'est inutile. Pas envie d'expliquer ni de justifier.
Il y a S et y'a Sblabla.

Bref, je microblog my way, je pépie et j'aime ça.



Publié dans blabla de filles

Commenter cet article

Sbla' 12/03/2010 10:55


La plume et la page... merci ! Je twitt bien plus que je ne blogue. Ca me manque beaucoup beaucoup, mais malheureusement tout ne peut etre ecrit, j'en suis bien triste, parce que j'en aurais des
choses à partager !


La plume et la page 10/03/2010 17:51


Je vois que tu n'as pas perdu ton humour. C'est toujours aussi bon de lire tes billets! Blogue bien!


Sbla' 31/01/2010 10:17


Mon Walter de la banquise... tu m'en vois ravie !

Fanch... kiss to you too


Fanch 30/01/2010 04:41


Bise.


Rubin 29/01/2010 16:16


J'aime beaucoup de billet !