Merge Blabla & Beebiche's blog - part 3

Publié le par blabladenana


Le yesterday du jour
Hier-yesterday, j'ai vécu une expérience assez forte.
Mais que j'te raconte le comment du pourquoi avant la narration de l'évènement.

Je traverse actuellement une forte zone de turbulences.
Très grosse crise en interne comme en externe.
En interne, dans mon buisson, c'est une véritable remise en cause, limite une tuerie.

Pas le courage de développer ma gadoue today, mais une chose est certaine, ça ne va pas du tout.
Et il est plutôt rare que ce n'aille pas à ce point.
En gros c'est pas easy du quotidien, du passé et très flou du - no - future.

Réduite en 1000 morceaux de stress d'angoisse et de peurs, épaules tombantes, nuque ankylosée, ventre noué, les yeux à fleur d'eau, des soupirs insensés pleins la bouche, je ne pouvais pas demeurer ainsi.
Les batailles de mots ou de maux conjugaux ont eu raison de moi.

Une bonne amie s'en vint à passer par là, laissant nonchalamment les coordonnées d'un guérisseur de sa connaissance  en sciences cachées mais précises. L'homme qui murmurait aussi à l'oreille des biches en les effleurant de ses doigts magiques, était, selon elle, ma planche de salut du jour.

Ring la bell, rendez-vous acquis pour la fin de l'après-midi, je ne pensais plus - non sans angoisse - à ma réhabilitation spirituelle à venir.

Bambees homeworkées, lavées, en attente de pré-dîner, somme toute et désormais seul mon état m'importait.
Me sortir de là et right away.

Une rencontre étonnante.
En moins de deux minutes je déchargeais, nullement gênée, ma hotte devant lui, j'étais là pour ça.
Confier mes souffrances et me faire réparer le corps.
Dévêtue et allongée, je me laissais aller.
Doigts dans le nez-gorge-oreilles, palpations de cabeza, coccyx, cheville, sternum, seins, nuque, foie, aine, trompes, genou chou et pas hibou, tout y passait.
Il m'a lue avec ses doigts.

Mes ruades avec QueenMother et l'intermède qui s'en suivit, mes fausses couches, mes cassures de coeur, ma colère rentrée, mes toussa, mes ceci, mes cela.
Mon corps avait parlé, l'homme aux doigts de fée avait pu interpréter.

Deuxième partie de cette drôle de séance, le face to face, assise devant lui. Mon guérisseur me posa quelques questions, les bonnes, tu sais, les finaudes qui embêtent par leur justesse de tir.
Me trouvant trop forte, encore trop agrippée, il me somma alors de pleurer, de laisser couler les bobos et les peines.
Je refusais l'oeil sec, drôle de lutte en interne.

C'est alors que se produisit une très belle chose.
L'homme se leva et vint cueillir ma main gauche, doucement, élégamment, tout en rondeur de bras, il m'emmena au centre de la pièce comme pour danser une valse, m'aidant d'un sourire, il m'offrit ses bras et me hugga quelques instants.

Simplement.
Délicatement, avec beaucoup d'amour.
L'amour de son prochain.
J'ai pensé au don, à la gratuité de son acte et à ce bonheur immédiat.

Je n'ai pas pleuré tout de suite.
Je n'en dirais pas plus aujourd'hui.

Publié dans bobos et tracas

Commenter cet article