Chambre avec vue

Publié le par blabladenana


Dessin de Vincent DESPLANCHE  Collection "Carnets du Littoral"


C'était un jour de mistral, pendant un de ces rares moments passés ensemble.
Nous sommes partis un peu plus loin.
Et c'est ce un peu plus loin, sur cette route de crête qui longe la mer, qu'au détour d'un chemin nous avons repéré et su que ça serait la et nulle par ailleurs.
Mal foutu, restanques naturelles, fourbi de maquis vert mêlé de caillasse mais avec cette vue incroyable sur la mer.
Une jolie langue de terre au dessus de l'eau.
J'imagine déjà le discret chemin menant a l'escalier taillé dans la roche qui nous conduira aux dalles de rochers blancs, lisses et enfin a la mer turquoise.
Oui ça me plaît.
Pas eu besoin d'en discuter, le choix fut rapide et commun.
Cette parcelle sera notre.
Ce coin de paradis, sauvage a préserver, je m'y vois déjà été comme hiver.
Construction lente mais pensé d'un bonheur a composer.



 Ressac de mon jardin d'hiver



Dessin de Vincent DESPLANCHE  Collection "Carnets du Littoral"


C'est vraiment la pampa, du no where du bout d'mon monde.
J'y suis retournée hier, j'y serais encore ce matin.
La mer au rendez-vous des fous sera déchaînée, s'écrasant sans relâche sur les rochers détrempés.
Quelques rares goélands cramponnés sur les crêtes enflammées regarderont de loin cet aller retour des vagues sur elles-mêmes.
Je me demande pourquoi ils restent ainsi ballottés, malmenés dans la noirceur démontée.

Le mistral s'est levé hier après-midi sur ma lande imparfaite.
Sa force s'est amplifiée dans la nuit.
Il joue maintenant de son intensité.
Me décoiffe, emberlificoteur de mèches, je détesterais en rentrant, je peste déjà.

La pluie de la semaine a dessiné des rigoles entre les pierres blanches, les touffes de thym et les rares buissons de santoline.
Je dessinerais hésitante du bout d'une baguette de pin, les fondations d'un royaume imaginé.
J'effacerais du bout de mon pied, je bifferais mes idées.
Je recommencerais.
Mais je resterais insatisfaite, songeuse et amère.
Je m'improviserais paysagiste de ce bout de terre, envisageant une promenade sauvage au milieu des plantes méridionales que le vent violent et les embruns salées ne pourront abîmer.



Fin du songe de ma nuit d'hiver


J'y suis retournée après les vacances.
La lande n'avait pas changée, toujours aussi sauvage et belle.
Insolente même.

J'y suis retournee en sachant que jamais je ne pourrais construire dessus.
Les causes sont aussi diverses que variées.
Protection de la population, inondable parait-il, glissement de terrain peut-être que sais-je...
Protection des sites et des paysages je comprends c'est si beau...

Je ne sais pas si je suis déçue, je ne sais pas si je ne m'y attendais pas.
Douce rêveuse.
Je me garde maîtresse du lieu.
J'y poserais peut-être un jour une roulotte, qui sait.
Je construirais une cabane en bois, éphémère, le temps d'une saison ou deux.
Mais je resterais châtelaine de ce royaume qui n'appartient qu'a moi.


Commenter cet article

Sbla' 22/03/2009 20:12

Iris... oui je pourrais appeler ca ainsi, un imprevu de la vie ou plutot une realite qui se regarde en face. C'est dommage et triste.Non pas d'aquarelle, j'attends l'aval de l'auteur de ces dessins.

Iris 22/03/2009 12:19

Quel dommage... un imprevu ? Une deception ? C'etait pourtant tres beau et tres prometteur...Pas d'aquarelle cette fois-ci ?

Sbla' 10/02/2009 22:15

Salut Iris et bienvenue. Reelle ou imaginaire, je te laisse le choix de croire, de voir, d'imaginer et de penser. L'essentiel est de se laisser porter et d'aimer finalement :-)

Iris 09/02/2009 15:00

Un joli début d'histoire d'amour, réelle ou imaginée ?

Sbla' 07/02/2009 17:12

Papa anonyme... welcome ici ! Oui en France et plus precisement dans mon sud, a moins que ce ne soit le fruit d'une simple elucubration de mon esprit vagabon :-)